L'actualité ivoirienne sans coloration politique

365 jours en Afrique : les faits marquants de 2018 sur le continent

0

Georges Weah président du Liberia, Abiy Ahmed change le visage de l’Ethiopie, le terrorisme qui persistent en Afrique, les élections en RDC sous fond de persistance d’Ebola…voici quelques faits marquants de l’année 2018 en Afrique.

Après les stades, le King Georges Weah, a décidé de servir son pays sur un autre terrain. Les crampons, il n’en aura plus besoin ! Il lui faudra des idées, des relations et une capacité de mobilisation financière nationale et internationale pour satisfaire ses anciens admirateurs devenus désormais ses administrés. Il devra s’évertuer à trouver chaque jour aux libériens le pain, l’eau et l’électricité ainsi des perspectives aux jeunes pour les sortir du chômage, de la drogue et de la criminalité. Les affres de la guerre civile sont encore présentes malgré le travail effectué par Ellen Sirleaf Johnson. Le ballon d’or de 1995 est président de la République du Liberia depuis le 22 janvier 2018.

Georges Weah à Abidjan pour renforcer la coopération avec Monrovia

Une belle reconversion – bien que les défis soient plus importants – et sans doute de quoi inspirer d’autres footballeurs. L’ivoirien Bonaventure Kalou semble suivre cette voie à une échelle moindre avec un poste de maire dans la commune de Vavoua dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Pour l’autre légende du football, Didier Drogba, c’est une retraite entre business et action humanitaire. L’ancien attaquant de Chelsea, co-propriétaire de Phoenix Rising en deuxième division américaine quitte les pelouses en 2018. Un départ pour la retraite qui n’est pas passé inaperçu tout comme les actions du jeune et talentueux premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed.

Un réformateur audacieux

Abiy Ahmed est de cette nouvelle catégorie de dirigeants africains qui veulent rompre avec le passé sombre de leurs Nations pour écrire une nouvelle page faite d’action positives. Et à la tête de l’Ethiopie, il est celui donne l’exemple. Il décide de faire la paix avec ses voisins notamment l’Erythrée. En moins d’un mois, l’ennemi juré redevient le frère. Les vols commerciaux reprennent entre les deux pays, les familles divisées se retrouvent et les frontières terrestres sont réouvertes. Abiy Ahmed réalise une percée énorme pour ce qui est de la promotion de la femme. 50% de femmes dans son gouvernement dont une au ministère clé de la paix et de la réconciliation. L’Ethiopie a sa première femme présidente et premier procureur général.

Terrorisme : l’Afrique de l’ouest entre déradicalisation et lutte armée

Abiy Ahmed veut mettre fin à l’impunité mais cela ne lui attire pas seulement des amis. Une mutinerie éclate mais habillement il déjoue les plans de certains militaires qui voulaient l’éliminer. Quelques pompes et des ordres puis le calme revient au sein de l’armée. Mais dans la nouvelle Ethiopie, les fauteurs de troubles ont été mis à l’ombre car l’armée doit être l’exemple pour faire face aux menaces. Et l’une des menaces auxquelles les armées africaines font face de plus en plus est celle du terrorisme.

Du Sinaï au nord Mozambique en passant par les steppes du Mali et les savanes du Burkina Faso et du Nigeria, les terroristes n’ont pas chômé cette année sur le continent. Le nombre de leurs victimes augmentent et leur lutte a de nouvelles particularités mais un point commun : s’attaquer encore plus aux positions militaires. Ainsi, Boko Haram et l’Etat islamique ont endeuillé à plusieurs reprises les armées nigériane et égyptienne. Les terroristes ont des équipements plus modernes dont des drones.

Vaincre la menace terroriste reste une priorité pour les pays africains touchés et leurs partenaires dont la France. En visite au Tchad fin 2018, Emmanuel Macron a réaffirmé le soutien de son pays à la lutte contre cette menace en Afrique car aucun pays du continent n’est à l’abris. La preuve avec des menaces d’attentes qui ont poussé l’ambassade des Etats Unis à fermer ces portes en plein processus électoral en République Démocratique du Congo.

L’improbable élection en RDC

La RDC est le pays qui a fait mentir 2018 les politologues et analystes les plus avertis. A force de report, personne ne savait finalement quand ces élections auraient lieu. Violences, alliances et désunion politique ont marqué les longs mois d’un processus électoral pleine d’incertitudes et de violences. Finalement après le report du 24 décembre, les élections ont eu lieu le 30 décembre dans un climat de colère et de suspicion. Les opérations de vote ont été reportées dans les régions touchées par les attaques des groupes armées ou Ebola.

Enfin un vaccin efficace contre Ebola

Une nouvelle épidémie de la fièvre hémorragique touche la RDC depuis le mois d’août 2018. En quatre mois, la fièvre hémorragique a déjà fait 303 morts, devenant de fait la plus grosse épidémie que la République démocratique du Congo ait connue depuis la découverte du virus dans le nord du pays, en 1976. L’OMS, les agences du système des Nation unies et le gouvernement congolais restent mobilisés face à l’épidémie mais au nord et à l’est, les Forces démocratiques alliées (ADF) – groupe armé venu d’Ouganda – terrorisent les populations, plombant par leurs attaques les efforts visant à freiner la maladie.

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

15 − quatre =