L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Abidjan accueille le 5ème Sommet Union Europe-Afrique

0

C’est ce mercredi 29 novembre 2017 que s’ouvre à Abidjan le 5ème Sommet Union européenne (UE) – Union africaine (UA). Une rencontre qui ne pourra sans doute pas occulter deux questions d’actualité : l’immigration et la sécurité.

83 chefs d’Etat et de gouvernement, quelque 5.000 participants venus de 55 pays d’Afrique et de 28 pays d’Europe se retrouvent à Abidjan la capitale économique ivoirienne lors de ce sommet qui marque le 10ème anniversaire de l’adoption de la stratégie conjointe Afrique-UE (JAES). Cette stratégie adoptée lors du 2ème sommet UE-Afrique en 2007 et est le socle du partenariat stratégique entre les deux continents. Ce cadre officiel de coopération est doté d’une feuille de route sur la période 2014-2017 qui fixe des objectifs concrets dans 5 domaines de coopération prioritaire visant une égalité des intérêts communs sur les deux continents.

L’Afrique et l’Europe s’engagent à renforcer leurs relations politiques et à s’attaquer ensemble à des défis internationaux communs comme le changement climatique, la protection de l’environnement ou la paix et la sécurité. Ce dernier point sera à l’ordre du jour des échanges à Abidjan puisque l’actualité des deux continents reste marquée par la menace terroriste. De Londres au Sinaï en passant par Bamako ou Ouagadougou, les groupes extrémistes n’ont jamais été aussi actifs en témoigne le nombre de victimes à chacun de leur ‘raid’. Les dirigeants africains et leurs homologues européens sont convaincus qu’aucun Etat de façon isolée ne pourra faire face à cette menace qui plombe les économies et endeuille au quotidien des familles à travers le monde.

La coopération militaire et le renseignement sont nécessaires pour faire face au terrorisme a rappelé le président Roch Kaboré du Burkina Faso au lendemain de l’attentat terroriste qui a frappé son pays le 13 Août 2017. Voici pourquoi l’Union européenne affiche son soutien au G5 Sahel, une task force composée de cinq pays (Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad) qui tente difficilement de lutter contre Al Qaida au maghreb islamique et les autres groupes salafistes qui pullulent dans le sahel. Malgré la volonté affichée par le G 5 Sahel, le financement ne suit pas. L’UE a promis 50 millions d’euros sur un budget total déjà divisé par deux et qui est estimé aujourd’hui à 240 millions d’euros.

Au-delà de la sécurité, l’autre question qui sera à l’ordre du jour est celle de l’immigration irrégulière. En effet, depuis le début de la crise en Syrie, l’Europe fait face à la crise migratoire la plus importante qu’elle a connu ces 10 dernières années. Les migrants venus de l’Est ne cessent d’affluer quand au même moment ceux venus d’Afrique ne cessent de remonter vers le vieux continent via la Libye, véritable Etat de non-droit depuis la chute de Kadhafi. Ces derniers jours, les images de vente aux enchères de migrants en Libye ont provoqué une vague d’indignation et poussé le président ivoirien Alassane Ouattara à réclamer une enquête internationale. Mahamadou Issoufou, le président du Niger a quant à lui demandé que la question de la vente aux enchères d’esclaves soit mise à l’ordre du jour du sommet.

Aborder la question de l’immigration irrégulière ne pourra se faire sans toucher à la question du développement économique du continent et notamment l’insertion socio-économique des jeunes. Si l’Afrique n’offre pas de perspectives économiques durables à sa jeunesse, le risque de voir des milliers de jeune traverser le désert sera toujours plus grand.

SUY Kahofi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.