L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Echec d’un vaccin anti-VIH

0

L’Institut National de la Santé (NIH) en Afrique du Sud a arrêté les essais du vaccin HVTN 702, mené sur plus de 5 000 personnes en Afrique du Sud. L’organe a constaté que le vaccin n’empêchait pas la transmission du VIH.

Les experts ont exprimé leur « profonde déception » face à l’échec du test vaccinal, mais ont ajouté que la recherche d’un vaccin préventif contre le VIH devait se poursuivre. De tels vaccins ne contiennent pas de VIH et ne présentent donc aucun danger à l’administré à un individu. Le HVTN 702 est une nouvelle version du premier candidat vaccin contre le VIH – le RV144 – qui a donné des signes d’une certaine protection contre le VIH lors de l’essai clinique en Thaïlande.

Il existe de nombreuses souches différentes du VIH et le vaccin avait été adapté au sous-type le plus courant en Afrique du Sud, qui présente l’un des taux de VIH les plus élevés au monde. Il y avait de grands espoirs que le vaccin fonctionnerait et qu’il pourrait ensuite être adapté pour couvrir d’autres souches du VIH dans d’autres parties du monde.

Les dates clés de la longue histoire du VIH

Lors de l’essai clinique, les volontaires ont été répartis de façon aléatoire pour recevoir soit le vaccin, soit des injections de placebo. Les résultats préliminaires ont permis de constater 129 infections au VIH parmi les personnes ayant reçu le vaccin et 123 infections par le VIH parmi les personnes ayant reçu le placebo. Dr Anthony Fauci, du NIH, a déclaré qu’un « vaccin contre le VIH est essentiel pour mettre fin à la pandémie mondiale et nous espérions que ce candidat vaccin fonctionnerait. Malheureusement, ce n’est pas le cas ».

« La recherche se poursuit sur d’autres approches pour un vaccin sûr et efficace contre le VIH, ce qui, je le crois encore, peut être réalisé » a-t-il précisé. « Bien qu’il s’agisse d’un recul important dans le domaine [de la lutte contre le VIH], nous devons poursuivre la recherche d’un vaccin préventif » a déclaré Linda-Gail Bekker de la Société internationale sur le SIDA. Il y a encore de l’espoir que d’autres vaccins contre le VIH en cours de développement puissent fonctionner.

Concernant les autres méthodes de lutte préventif, un traitement médicamenteux appelé prophylaxie pré-exposition (PREP) est efficace pour prévenir l’infection par le VIH mais, contrairement à un vaccin, il doit être pris régulièrement, voire quotidiennement. Dans les pays où de tels traitements ne sont pas disponibles, la seule prévention efficace reste l’utilisation de préservatifs lors des rapports sexuels – ou l’abstinence. Les récentes percées dans le domaine des traitements antirétroviraux ont permis d’améliorer la durée de vie des personnes séropositives.

La PrEP : un espoir pour freiner l’avancer du VIH

« Grâce aux tests de dépistage et de routines réguliers, aux préservatifs et aux traitements efficaces qui permettent aux personnes vivant avec le VIH de ne pas transmettre le virus, nous avons maintenant une occasion unique de mettre fin à l’épidémie de VIH. Il est vital que nous la saisissions » reste convaincu Debbie Laycock, responsable de la politique du Terrence Higgins Trust, une association caritative britannique de lutte contre le VIH/SIDA.

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

14 − six =