L'actualité ivoirienne sans coloration politique

FinCEN : qui est visé en Côte d’Ivoire par l’enquête internationale sur les blanchiments de capitaux menée avec ICIJ ?

0

Le Consortium International de Journalistes d’investigation (ICIJ) basé aux Etats-Unis, vient de mener une enquête collaborative avec plus de 400 journalistes de 110 médias dans 88 pays, dont la Côte d’Ivoire où « L’Eléphant Déchainé » et « Eburnie Today » participent à ce projet d’enquête internationale.

L’enquête se fonde sur plus de 2 100 rapports d’activité suspecte (suspicious activity reports, SAR) transmis par des banques au Réseau de lutte contre les infractions financières du département du Trésor (FinCEN, Financial Crimes Enforcement Network), l’autorité américaine de lutte antiblanchiment.

En Côte d’Ivoire, en exploitant ces informations confidentielles de FinCEN (l’équivalent de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières de Côte d’Ivoire [CENTIF] qui traite les déclarations d’opérations suspectes [DOS] transmises notamment par les banques), l’enquête montre que la Société nationale d’opérations pétrolières de la Côte d’Ivoire (PETROCI-Holding), entreprise publique, est épinglée par le Trésor américain dans des transactions financières douteuses portant sur plusieurs milliards de francs CFA, impliquant des « entités fictives » et des « virements (…) dans des juridictions à haut risque pour le blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers », en somme des opérations avec des sociétés basées dans des paradis fiscaux.

Notre enquête sera publiée ce mardi 29 septembre 2020.

Les banques mondiales défient la répression américaine en servant des oligarques, des criminels et des terroristes

Les fichiers FinCEN montrent que des milliards de dollars contaminés circulent librement dans les grandes banques, submergeant un système d’application défectueux.

Des documents officiels du gouvernement américain révèlent que JPMorgan Chase, HSBC et d’autres grandes banques ont défié les mesures de répression du blanchiment d’argent en déplaçant des sommes astronomiques d’argent illicite pour des personnages obscurs et des réseaux criminels qui ont semé le chaos et sapé la démocratie dans le monde.

Les archives montrent que cinq banques mondiales – JPMorgan, HSBC, Standard Chartered Bank, Deutsche Bank et Bank of New York Mellon – ont continué à profiter d’acteurs puissants et dangereux même après que les autorités américaines ont infligé des amendes à ces institutions financières pour des échecs antérieurs à endiguer les flux d’argent sale.

Les agences américaines chargées de faire appliquer les lois sur le blanchiment d’argent poursuivent rarement les mégabanques qui enfreignent la loi, et les mesures prises par les autorités font à peine effet sur le flot d’argent pillé qui envahit le système financier international.

Dans certains cas, les banques ont continué à déplacer des fonds illicites même après que les autorités américaines les aient avertis qu’elles feraient face à des poursuites pénales si elles n’arrêtaient pas de faire affaire avec des truands, des fraudeurs ou des régimes corrompus.

JPMorgan, la plus grande banque basée aux États-Unis, a transféré de l’argent pour des personnes et des entreprises liées au pillage massif de fonds publics en Malaisie , au Venezuela et en Ukraine, révèlent les documents divulgués.

La banque a déplacé plus d’un milliard de dollars pour le financier fugitif derrière le scandale de 1MDB en Malaisie, selon les archives, et plus de 2 millions de dollars pour une jeune société de magnat de l’énergie qui a été accusée d’avoir trompé le gouvernement vénézuélien et d’avoir contribué à provoquer des pannes d’électricité qui ont paralysé de grandes parties pays.

JPMorgan a également traité plus de 50 millions de dollars de paiements sur une décennie, selon les archives, pour Paul Manafort , l’ancien directeur de campagne du président Donald Trump. La banque a transféré au moins 6,9 millions de dollars dans des transactions Manafort au cours des 14 mois qui ont suivi sa démission de la campagne au milieu d’un tourbillon d’allégations de blanchiment d’argent et de corruption découlant de son travail avec un parti politique pro-russe en Ukraine.

Les transactions corrompues ont continué à augmenter via les comptes de JPMorgan malgré les promesses de la banque d’améliorer ses contrôles de blanchiment d’argent dans le cadre des accords conclus avec les autorités américaines en 2011, 2013 et 2014.

En réponse aux questions de cette histoire, JPMorgan a déclaré qu’il était légalement interdit de discuter de clients ou de transactions. Il a déclaré qu’il avait joué un «rôle de chef de file» dans la poursuite «d’enquêtes proactives fondées sur le renseignement» et le développement de «techniques innovantes pour aider à combattre la criminalité financière».

HSBC, Standard Chartered Bank, Deutsche Bank et Bank of New York Mellon ont également continué à faire des paiements suspects malgré des promesses similaires aux autorités gouvernementales, selon les documents secrets.

Les documents divulgués, connus sous le nom de fichiers FinCEN , comprennent plus de 2 100 rapports d’activités suspectes déposés par des banques et d’autres sociétés financières auprès du Financial Crimes Enforcement Network du Département américain du Trésor . L’agence, connue sous le nom de FinCEN, est une cellule de renseignement au cœur du système mondial de lutte contre le blanchiment d’argent.

BuzzFeed News a obtenu les enregistrements et les a partagés avec le Consortium international des journalistes d’investigation. L’ICIJ a organisé une équipe de plus de 400 journalistes de 110 organes de presse dans 88 pays pour enquêter sur le monde des banques et du blanchiment d’argent.

Au total, selon une analyse de l’ICIJ , les documents identifient plus de 2000 milliards de dollars de transactions entre 1999 et 2017 qui ont été signalées par les responsables de la conformité interne des institutions financières comme possibles blanchiment d’argent ou autre activité criminelle – dont 514 milliards de dollars chez JPMorgan et 1,3 billion de dollars chez Deutsche Banque.

Les rapports d’activités suspectes reflètent les préoccupations des chiens de garde au sein des banques et ne sont pas nécessairement des preuves de conduite criminelle ou d’autres actes répréhensibles…

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 × trois =