L'actualité ivoirienne sans coloration politique

La Côte d’Ivoire a rendu hommage à Amadou Gon Coulibaly

0

Un hommage national a été rendu au Premier ministre et candidat à la présidentielle, Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet d’une crise cardiaque à l’âge de 61 ans. La cérémonie s’est tenue au palais présidentiel d’Abidjan-Plateau.

Son cercueil recouvert du drapeau ivoirien placé sur le parvis du palais présidentiel a reçu les honneurs civils et militaires en présence de nombreuses personnalités dont le président ivoirien Alassane Ouattara, son homologue sénégalais Macky Sall, les Premiers ministres de la Guinée et du Burkina Faso, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Dauphin désigné du président Ouattara qui l’avait adoubé en mars, Amadou Gon Coulibaly a été fait grand-croix de l’Ordre national, la plus haute distinction du pays, à titre posthume lors de la cérémonie.

Plusieurs témoignages sont venus ponctuer l’évènement dont celui de la grande chancelière de l’ordre national, le professeur Henriette Dagri-Diabaté. « Non, je ne veux plus pleurer. Je veux dire ma fierté d’avoir connu un tel homme (…) cet homme avait des qualités réelles. Des qualités professionnelles et des qualités humaines, que maintes fois j’ai pu constater » a-t-elle indiqué rappelant que le défunt premier ministre c’était constitué prisonnier lors de son arrestation en 1999. Le secrétaire général de la présidence Patrick Achi a souligné que le défunt avait été « l’image visible de toutes les décisions qui ont conduit à la renaissance prodigieuse du pays » évoquant « l’hommage unanime de la Nation que tu as servie avec tant de noblesse et de dévouement ».

La ministre de l’Education, Kandia Camara, en pleurs, avait salué le « grand président qu’il aurait été » cependant « le sort en a voulu ainsi. La haute volonté de Dieu a arraché notre patron et notre candidat à notre affection. Voici donc le rappel fatidique de la sagesse qui veut que l’homme propose et que Dieu dispose en dernier ressort » s’est-elle résignée.

Un défilé militaire suivi de la remise du drapeau de l’Etat à son épouse ont mis fin à cette cérémonie. Le 8 juillet, il avait été accueilli par une haie d’honneur et des applaudissements des membres du gouvernement avant le Conseil des ministres. Il était décédé quelques heures plus tard. Son parti politique lui rendu hommage ce mercredi au Palais des sports de Treichville.

Traoré Bakhary

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

deux × deux =