L'actualité ivoirienne sans coloration politique

La première personne guérie du VIH est décédée

0

Timothy Ray Brown, la première personne guérie du VIH également connu sous le nom de ‘patient de Berlin’ est morte d’un cancer.

Le ‘patient de Berlin’ Timothy Ray Brown âgé de 54 ans au moment de sa mort est né aux États-Unis. Il a été diagnostiqué séropositif alors qu’il vivait à Berlin en 1995. Il a reçu une greffe de moelle osseuse d’un donneur naturellement résistant au VIH en 2007. Cela signifie qu’il n’avait plus besoin de médicaments antiviraux et que le virus du VIH ne pouvait plus se développer dans son organisme, donc entraîner le SIDA pour le reste de sa vie. La Société internationale du SIDA a déclaré que M. Brown avait donné au monde l’espoir qu’un remède contre le VIH était possible. Puis, en 2007, il a développé un type de cancer du sang appelé leucémie myéloïde aiguë. Son traitement a consisté à détruire sa moelle osseuse, qui produisait les cellules cancéreuses, puis à lui faire subir une greffe de moelle osseuse. La greffe provenait d’un donneur qui présentait une mutation rare dans une partie de son ADN, appelée gène CCR5.

La résistance du VIH

Le CCR5 est un ensemble d’instructions génétiques qui constituent la porte d’entrée par laquelle le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) passe pour infecter les cellules. Les mutations du CCR5 verrouillent essentiellement la porte et confèrent aux personnes une résistance au VIH. Le virus n’a plus jamais été détecté dans son corps. Il était en fait « guéri ». Mais la leucémie, qui a conduit à sa guérison, est revenue plus tôt cette année et s’est propagée à son cerveau et à sa moelle épinière. « C’est avec une grande tristesse que j’annonce le décès de Timothy… entouré de mes amis et de moi-même, après une lutte de cinq mois contre la leucémie », a déclaré son partenaire Tim Hoeffgen sur Facebook. Il a ajouté : « Tim a consacré le travail de sa vie à raconter son histoire sur son traitement contre le VIH et est devenu un ambassadeur de l’espoir ».

Plus près d’un remède ?

Le remède de M. Brown était trop risqué et trop agressif pour être utilisé en routine – il reste principalement un traitement contre le cancer. Elle est également trop coûteuse pour les 38 millions de personnes, dont beaucoup en Afrique subsaharienne, dont on pense qu’elles vivent avec une infection au VIH. Cependant, l’histoire de M. Brown a inspiré les scientifiques, les patients et le monde entier permettant de penser qu’un remède pourrait finalement être trouvé. La Société internationale du SIDA a déclaré qu’elle était en deuil avec « un cœur profondément lourd ».

« Nous devons à Timothy et à son médecin, Gero Hutter, une grande reconnaissance pour avoir ouvert la porte aux scientifiques afin qu’ils puissent explorer le concept selon lequel un remède contre le VIH est possible », a déclaré le professeur Adeeba Kamarulzaman, président de l’IAS.

La deuxième personne guérie du VIH a été annoncée au début de l’année. Adam Castillejo – connu sous le nom de patient londonien – a bénéficié d’un traitement similaire à celui de M. Brown et a pu arrêter ses médicaments contre le VIH. « Bien que les cas de Timothy et d’Adam ne constituent pas une stratégie viable à grande échelle pour un traitement, ils représentent un moment critique dans la recherche d’un remède contre le VIH », a déclaré le professeur Sharon Lewin, directrice de l’Institut Doherty à Melbourne, en Australie. « Timothy était un champion et un défenseur du maintien d’un remède contre le VIH dans l’agenda politique et scientifique ».

« La communauté scientifique espère qu’un jour nous pourrons honorer son héritage avec une stratégie sûre, rentable et largement accessible pour obtenir une rémission et un traitement du VIH en utilisant l’édition génétique ou des techniques qui renforcent le contrôle immunitaire » précise professeur Sharon Lewin.

La rédaction

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

17 + 12 =