L'actualité ivoirienne sans coloration politique

La révision des listes électorales ‘entachée d’irrégularités’

0

Me N’Dry Claver, connu pour être entre autres l’avocat de Charles Blé Goudé, est sorti de son silence pour dénoncer des irrégularités observées lors de la révision des listes électorales.

Moins d’une semaine après la clôture officielle de la révision de la liste électorale, l’avocat ivoirien Me N’Dry Claver, indique que le processus a été entaché par des irrégularités. Cette sortie que certains ivoiriens auraient pu mettre à l’actif d’un homme ou d’un parti politique est dictée selon l’avocat par le simple fait que la société civile ivoirienne se montre un peu trop silencieuse sur certains aspects de la vie socio-politique ivoirienne.

Avant d’être avocat, il est avant tout citoyen et c’est à ce titre qu’il a décidé de se prononcer sur le processus de révision de la liste électorale sur la base d’observations faites par des huissiers. L’opération de révision qui s’est déroulée du 18 au 24 juin a abouti à l’enregistrement de 428.233 personnes nouvellement inscrites, s’ajoutant aux 6.318.311 personnes déjà présentes sur les listes électorales.

Près de 500 milles nouveaux inscrits sur les listes électorales

Lors d’une conférence de presse, Me Claver N’Dry a souligné que dans plusieurs villes, « des personnes se sont fait recenser hors de leur lieu de vote pour être inscrites sur des listes en dehors de leur zone territoriale de vote ». L’avocat met en lumière la commune du Plateau mais ces cas de transhumance d’électeurs ou de convoyage d’électeurs – comme dénoncé par certains candidats – concerne d’autres communes ou localités.

Des candidats avaient déjà dénoncé auparavant des fraudes au Plateau, le quartier des affaires d’Abidjan, une circonscription-clé où deux candidats se signalent déjà : le sortant Akossi Bendjo et un nouveau-venu en politique Fabrice Sawegnon.

« Nous dénonçons ces irrégularités. Ce sont des cas graves, qui ont été portés devant le procureur général », a affirmé Me N’Dry. Pour lui, « il faut clarifier toutes ces questions pour ne pas que des contestations puissent encore diviser les Ivoiriens » lors des prochaines élections qui débutent cette fin d’année avec les élections locales (municipales et régionales couplées).

L’avocat qui représente plusieurs candidats indépendants et de l’opposition n’a pas préciser le nombre de cas litigieux qu’il défend. Me N’Dry Claver demande au procureur de se saisir de ces cas litigieux et d’inviter la Commission électorale indépendante (CEI) à rectifier les choses afin garantir un processus électoral sans contestations.

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

3 + 17 =