L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Le prix de l’huile flambe : le cadeau de nouvel an qui suscite l’incompréhension des consommateurs

0

Si l’augmentation du prix du pain en Côte d’Ivoire de plus de 100% de son prix officiel était une rumeur, celle concernant le prix de l’huile est bel et bien confirmée par le Conseil national de la lutte contre la Vie chère du ministère du commerce. Une information qui jette de l’huile sur le feu et suscite l’incompréhension des consommateurs en ce début d’année.

La hausse du prix de l’huile de palme raffinée en Côte d’Ivoire pourrait susciter l’étonnement puisque le pays est deuxième producteur africain derrière le Nigeria. Sa production annuelle se situe au-dessus de 450 000 t. Une production qui parvient largement à satisfaire la demande intérieure. La Côte d’Ivoire n’importe que 11% de sa consommation d’huile et exporte 45% de sa production dans la sous-région.

Ces chiffres sont certes rassurants et devraient mettre le pays à l’abri de toute hausse sauf qu’en ce début d’année la Côte d’Ivoire doit aussi subir les humeurs du cours mondial de l’huile de palme en hausse ces dernières semaines. « Ainsi par exemple, le prix du bidon de 25L Dinor est passé de 20.000 f CFA à 24500 f CFA, le prix du bidon de 20 l Aya de 16.000 f CFA à 19500 f CFA et la bouteille de 1,5 l de 1450 CFA à 1700 CFA » précise sur son site le Conseil national de la lutte contre la Vie chère du ministère ivoirien du commerce. De quoi faire grincer les dents en pleine période de Covid-19 et de lendemain des fêtes de fin d’année traditionnellement difficile pour les ivoiriens.

La hausse ne touche pas seulement la Côte d’Ivoire. Le prix de l’huile au Sénégal connait aussi une hausse de l’ordre de 2000 f CFA. « Nous serons obligés d’ajouter quelque chose sur le prix au détail 25, 50 f…on ne sait pas trop bien encore comment nous allons gérer cette hausse » avance Mamadou Thierno, commerçant au marché de Castor à Dakar. Le pays pourrait se rabattre sur son huile d’arachide très convoitée par la Chine sauf que de nombreux ménages dépendent de l’huile de palme en raison du prix élevé de l’huile d’arachide.

La hausse du prix de l’huile de palme ces cinq dernières années a occasionnée une hausse de plusieurs autres denrées alimentaires à travers monde à déjà fait remarquer la FAO dans un rapport fin 2019 et qui se confirme en ce début d’année 2021. « L’indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi en moyenne à 127,6 points en décembre, soit une hausse de 5,7 points (4,7 pour cent) en glissement mensuel et son niveau le plus élevé depuis septembre 2012 » précise l’agence spécialisée des Nations Unies pour l’alimentation (cliquez ici pour lire l’intégralité du rapport). En dépit du fait qu’il soit l’ingrédient principal tous les scandales écologiques, l’huile de palme maintient le cap de son embellie financière sur le marché international aux côtés de plusieurs autres oléagineux comme soja, le tournesol ou le colza.

Anderson Diédri (Abidjan) & Suy Kahofi (Dakar)

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

17 − seize =