L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Mortalité routière : la Côte d’Ivoire très mal classée (Rapport)

0

L’Afrique est le continent où les décès dus à la circulation routière sont les plus élevés selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’Afrique affiche le pire taux de mortalité routière au monde !

Les chiffres pour l’Afrique sont de 26,6 décès pour 100.000 habitants, soit près de trois fois plus qu’en Europe. Le rapport de l’OMS indique que de nombreux pays d’Afrique et d’Amérique du Sud n’ont pas suffisamment de lois sur les limitations de vitesse. Cependant, ce sont les statistiques sur l’état des véhicules qui donne le plus d’indications sur la raison du taux plus élevé d’accidents en Afrique.

Les pays qui n’appliquent pas les normes de sécurité sur les véhicules indiquées par l’ONU sont majoritairement des Etats africains. Ces normes exigent que les véhicules soient équipés de dispositifs qui peuvent prévenir un accident, comme le contrôle électronique de la stabilité et le freinage d’urgence.

La Côte d’Ivoire ferme ses frontières aux vieux véhicules

Le nombre de décès sur la route continue d’augmenter régulièrement, selon le rapport. Le Botswana, la Côte d’Ivoire et le Cameroun sont des pays où les taux de mortalité ont augmenté. L’Égypte, l’Angola, le Burkina Faso et le Burudi sont parmi ceux qui ont connu une réduction de la mortalité sur les routes. L’Afrique a également la plus forte proportion de moralités piétonnes et cyclistes.

Au Ghana, près de la moitié des personnes tuées sont des piétons ; en Ethiopie et au Kenya, ce chiffre est de 37%. Au Kenya, une personne sur quatre meurt dans un accident impliquant des véhicules à deux ou trois roues.

Le cas ivoirien

Les accidents de la route occasionnent en moyenne 600 morts et 13.000 blessés chaque année en Côte d’Ivoire où 94% de ces accidents sont dus à des facteurs humains (conducteurs ou usagers) et 6% sont imputables aux autres facteurs tels que le mauvais état des véhicules et du réseau routier.

Au niveau du facteur humain, la consommation de l’alcool et de la drogue ainsi que la fatigue poussent de nombreux chauffeurs à faire des mauvais choix au volant. Le nombre d’accident ne baisse pas en Côte d’Ivoire.

La BAD aide à l’amélioration du transport urbain à Abidjan

Au premier semestre 2017, près de 5.000 accidents de la circulation ont été enregistrés en Côte d’Ivoire rapportait lieutenant Oumar Tapily du bureau des opérations du GSPM. Début 2018, 1.458 accidents, dont près de la moitié à Abidjan, ont été enregistrés au cours des deux premières semaines de l’année. Les accidents ont occasionné plus de 3.225 blessés et 81 décès. Le district d’Abidjan a concentré à lui seul 47, 04% de ces accidents.

Ebony T. Christian

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

trois × 3 =