L'actualité ivoirienne sans coloration politique

Peut-on produire un vaccin contre le VIH sur le modèle de la Covid-19 ?

0

L’utilisation de la technologie de l’Acide Ribonucléique messager (ARNm) pour produire des vaccins contre la Covid-19 a suscité un véritable intérêt au sein de la communauté scientifique. Cependant, pour le commun des mortels, cette technologie suscite des interrogations notamment sur son utilisation pour produire un vaccin efficace contre le VIH après des décennies de lutte.

Le temps passe et ce visuel relatif au vaccin contre la Covid-19 continue de circuler dans de nombreux groupes WhatsApp ivoiriens. On peut voir comment l’auteur de ce visuel tente de faire croire à l’opinion qu’il existe une forme d’arnaque ou de manipulation autour de la Covid-19. Selon lui, la rapidité avec laquelle les vaccins contre la Covid-19 ont été développés doit pousser les internautes à ne plus avoir confiance aux informations qu’ils reçoivent des médias. Mais est-il vrai que les vaccins contre la Covid-19 ont été développés en moins d’un an comme on le voit sur le visuel ?

A la question de savoir pourquoi les vaccins Covid-19 ont été développés très rapidement alors que celui contre le VIH n’a pu être réalisé en 40 ans d’épidémie, Dr Anthony Fauci, expert en VIH et immunologiste, également directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) aux États-Unis indique que la recherche pour le vaccin de la Covid-19 n’a pas duré moins d’un an.

En réalité la recherche a commencé il y a environ dix ans. « Le nom propre du virus Covid-19 est SARS-COV-2, et cela parce qu’il y a dix ans, nous étions confrontés au SARS-COV-1. Ce sont des virus similaires, et les vaccins contre la Covid-19 ont été produits sur la base des acquis de 10 ans de recherche » a-t-il indiqué.

« Nous avons une expérience considérable de plusieurs décennies avec les coronavirus, car 15 à 30 % de tous les rhumes courants sont causés par des coronavirus. Par exemple, nous avons traité le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2002, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) en 2012, et maintenant la troisième pandémie est causée par le nouveau coronavirus SRAS CoV-2, communément appelé COVID-19 », a-t-il précisé.

Les vaccins contre la Covid-19 à l’image de ceux de Pfizer ou Moderna sont des vaccins à ARNm (Acide Ribonucléique messager). Selon le CDC (Centre for Disease Control), les vaccins ARNm sont différents des autres vaccins. La plupart des vaccins utilisent des versions ou des composants affaiblis ou inactivés de l’agent pathogène responsable de la maladie pour stimuler la réponse immunitaire de l’organisme afin de créer des anticorps. Les vaccins à ARNm, en revanche, tirent parti du processus utilisé par les cellules pour fabriquer des protéines afin de déclencher une réponse immunitaire et de renforcer l’immunité contre la maladie.

Les vaccins ARNm sont différents des autres vaccins déjà disponible sur le marché (photo CC)

Les vaccins à ARNm seront-ils porteurs d’espoir pour l’humanité face à des maladies infectieuses graves comme le paludisme ou le VIH ? Seule l’évolution de la technologie et les progrès en laboratoire sur les prochaines années pourront permettre aux scientifiques de répondre à cette question. Mais dans l’immédiat, il serait difficile d’appliquer cette méthode to de go au VIH en dépit de l’espoir et du débat suscité par la technologie de l’Acide Ribonucléique messager.

« Les chances de développer un vaccin efficace dépendent pratiquement de la capacité de l’organisme à réagir à une infection naturelle de manière à éliminer le virus et à vous donner une immunité à long terme après avoir éliminé le virus. Avec la Covid-19, la grande majorité des gens s’en sortent bien. Ils sont infectés, ils éliminent le virus, puis ils sont immunisés pendant une durée variable, allant de plusieurs mois à quelques années. Comme nous le savons tous malheureusement, ce n’est pas le cas avec le VIH. Il n’y a pas d’élimination naturelle du virus » explique Dr Anthony Fauci.

La réponse immunitaire du corps face au VIH ne se fait pas totalement. Le corps ne sait donc pas comment se protéger du virus ou plutôt comment éliminer le virus totalement. Cette réponse immunitaire incomplète rend impossible l’application de la technologie de l’Acide Ribonucléique messager au VIH. Dr Anthony Fauci a indiqué que les recherches dans le domaine de la lutte contre le VIH se poursuivent avec des résultats encourageants qu’il serait impossible de balayer du revers de la main. Il s’est prononcé sur la technologie ARNm au cours d’une rencontre virtuelle avec des journalistes du monde entier en prévision de la 4ème conférence sur la recherche sur le VIH (HIVR4P virtual).

Suy Kahofi avec le soutien de l’OIF, Mécanisme de lutte contre l’infox

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 × quatre =